Sauveterre-de-Rouergue



... Quand la France s'est éveillée, à la fin du Moyen-Âge, les progrès techniques et le développement démographique ont permis la création de nouvelles villes. Après le défrichement réalisé autour des centres religieux, après les contraintes de sécurité résolues à proximité des châteaux, voilà que des villes nouvelles se consacraient à l'activité économique et s'organisaient en conséquence : une grande place centrale, des rues régulières, des maisons (avec commerce et atelier en rez-de-chaussée) où toute une famille pouvait vivre et travailler,  un rempart protecteur qui ne se franchissait qu'en quelques portes contrôlées… C'est la " |bastide " que vous pourrez découvrir à Sauveterre en flânant sur la place ou dans les rues et ruelles.

    Après une naissance plutôt réussie en 1281, la bastide vit son développement stoppé par les conséquences de la guerre de Cent ans ; elle s'enferma alors dans de nouvelles fortifications (remparts et fossés) qui structurent encore la ville actuelle. Les artisans, en particulier les couteliers, mais aussi les chapeliers, les drapiers, les tanneurs, les cordonniers… assuraient la vie économique de la cité et de ses habitants. Quelques arpents de terres avaient été donnés à chaque résidant de la bastide ; ces jardins fournirent la nourriture ; ils sont encore visibles dans les prolongements nord et sud des rues principales.

    Une fois la paix retrouvée, les commerçants et les représentants du pouvoir royal donnèrent à la bastide une notoriété élargie. La bastide connut son apogée aux XVème et XVIème siècles : développement du commerce, reconstruction des maisons patriciennes, embellissement de l'église… Les artisans se regroupèrent en " confréries " chargées de coordonner la profession et de transmettre les savoir-faire.

    Puis vint un lent déclin aux causes multiples : épidémies de peste, famines, ressources insuffisantes, guerres, contraintes topographiques,  … Les progrès techniques du XIXème siècle dévalorisèrent de nombreux métiers manuels et se portèrent sur d'autres territoires. La Révolution fut un temps de sursaut pour la bastide. Sauveterre fut même chef-lieu de district pendant quelques temps, preuve que l'intelligentsia locale participait au bouillonnement des idées.

    Les grands axes de transport (route nationale Toulouse - Lyon et voie ferrée Toulouse - Rodez) passèrent trop loin pour que Sauveterre profite pleinement du XXème siècle. Ce fut aussi sa chance : la bastide ne connut pas les effets négatifs du progrès. Aujourd'hui, elle se présente, à vivre et à admirer, comme une " ville " à dimension humaine. Les artisans y sont toujours présents ; adaptés à la vie actuelle, ils se renouvellent et se diversifient, tout en présentant et développant des savoir-faire ancestraux.



Repères Historiques


  1281 :
  Fondation de la bastide.

  1349 :
  Le livre de l'Epervier dénombre
  291 feux.

  1362-69 :
  Sauveterre devient une
  place-forte anglaise.
 
  1552 :
  Une enquête sur les commodités
  en Rouergue montre une
  ville cossue.

  1628 :
  Terrible épidémie de peste qui
  anéantit la moitié de
  la population.
 
  1790 :
  Sauveterre devient chef-lieu de
  commune, de canton et
  de district.

  1973 :
  Baraqueville supplante
  Sauveterre à
  la tête du canton.

Animations  2010 :

  • Journées atisanales des métiers d'art : 10/11  Octobre
  • Root Sergue : 24 Octobre
  • Fête de la châtaigne : 25 Octobre